Elle est causée par une très petite bactérie : Coxiella burnetii. Celle-ci est très résistante dans le milieu extérieur (> 6 mois) sous forme de spores, notamment dans des poussières et par temps sec. Elle résiste également aux agents physiques et chimiques. Il semble qu’il y ait une réduction de la charge bactérienne liée au stockage et au compostage du fumier.

 

La Fièvre Q n’est pas à Déclaration Obligatoire. Elle ne donne lieu à aucune mesure de gestion réglementaire. Nous pensons qu’elle est une cause majeure d’avortements et sous diagnostiquée, mais il n’ y a pas d’estimation précise de la prévalence en France.

Depuis 2012, un protocole de surveillance de la fièvre Q est mis en place dans 10 départements pilotes dont l’Indre et Loire.

 

DESCRIPTIF DE LA MALADIE

 

Signes cliniques

Il n’y a parfois aucun symptôme (infection inapparente).

Mais on observe souvent :

  • Des avortements plutôt en fin de gestation mais possible à tous stades de la gestation.
  • Des naissances de chevreaux/agneaux chétifs ou prématurés.
  • Des symptômes plus rares : pneumonies, arthrites, conjonctivites, infertilité.

 

Contamination des animaux

De nombreuses espèces sont porteuses de la bactérie (mammifères, oiseaux, , ...) mais en Europe,  les ruminants d’élevage sont les plus touchés.

Le plus souvent les animaux sont infectés sans présenter de symptômes, mais peuvent malgré tout excréter la bactérie et donc la transmettre.

La bactérie est excrétée dans le milieu extérieur essentiellement dans les secrétions vaginales et les fèces, principalement par les animaux malades.

La contamination se fait essentiellement par la voie aérienne, par inhalation de particules (aérosols) contenant des Coxielles (produits d’avortements, excréments, poussières, etc.).

 

Une bactérie transmissible à l'homme

La bactérie est transmissible à l’homme : le plus souvent totalement inapparente ou bénigne (semblable à une grippe) elle peut parfois être grave (atteinte cardiaque, risque d’avortement chez la femme enceinte).

Des mesures de protection de l’homme sont recommandées dans les élevages atteints :

  • Limiter les visites de personnes extérieures (autres éleveurs, intervenants sanitaires ou techniciens, famille proche, enfants).
  • Eviter l’épandage du fumier par temps venteux.
  • Manipuler avec précaution les produits d’avortements et les effluents (fumier).
  • Renforcer les mesures d’hygiène des intervenants (lavage des mains, changement des vêtements et de chaussures).
  • Le cas échéant, en cas de facteurs aggravants connus, le port du masque  et de gants peut être recommandé lors de contact direct avec les animaux au moment des mise-bas ou lors de manipulation des déjections.

N’hésitez pas à contacter votre médecin du travail au service Santé Sécurité au Travail de la MSA Berry-Touraine au 02 47 31 62 92 pour tout conseil de prévention / surveillance de votre santé.

 

LA LUTTE CONTRE LA FIEVRE Q

 

En cas de suspicion

Avortements rapprochés :

  • 3 avortements en 7 jours ou moins.

Avortements espacés (sur une période de mises bas de 3 mois) :

  • < 250 chèvres/brebis : à partir de 4% d’avortements.
  • > 250 chèvres/brebis : à partir du 10ème avortement.

Les diagnostics possibles :

Diagnostic direct par PCR quantitative sur 2 à 6 écouvillons cervicaux sur chèvres/brebis ayant avorté depuis moins de 8 jours.

Diagnostic sérologique sur 10 chèvres/brebis ayant avorté ou ayant eu des chevreaux/agneaux morts-nés, si possible  depuis plus de 15 jours.

Analyse des résultats :

L'élevage est « cliniquement atteint » lorsque :

  • 2 résultats d'analyses PCR POSITIVES (PCR > 104 bactéries par écouvillon).

OU

  • 1 résultat PCR POSITIF  ( PCR > 104 bact par écouvillon ) ET au moins 50% (soit 5/10) chèvres/brebis séropositives parmi l’échantillon des 10 prélevées.

Si une seule PCR est positive et moins de 50% de chèvres séropositives, il est impossible de conclure à l’infection du troupeau par la fièvre Q et il est nécessaire de réaliser des PCR sur tout nouvel avortement survenant dans les 3 mois suivants.

Privilégiez donc la PCR quantitative, seul diagnostic de certitude :

Ce test est plus coûteux et le prélèvement doit être réalisé le plus tôt possible après l’avortement (maximum 1 semaine).

L’analyse peut se faire  sur différents supports :

  • Ecouvillon cervical.
  • Placenta (houppes placentaires lésées).
  • Avorton (liquide stomacal ).

 

En cas de circulation avérée

 Mesures sanitaires indispensables :

  • Destruction rapide des avortons, placentas et chevreaux/agneaux morts.
  • Bonnes pratiques d’hygiène lors des mises bas.
  • Stockage du fumier pendant au moins 6 mois (éventuellement bâché ou composté).

 Mesures sanitaires importantes :

  • Isolement des chèvres/brebis avortées dans une case spécifique.
  • Désinfection du bâtiment après curage.

 Mesures médicales : la vaccination

Quel vaccin : Coxevax® (vaccin de phase 1).

Qui : les animaux non infectés (chevrettes de renouvellement). Le vaccin ne protège que les animaux indemnes (non infectés avant vaccination).

Quand : possible et recommandé à partir de l’âge de 3 mois et dans tous les cas avant la mise à la reproduction. (rappel annuel possible avant chaque mise à la reproduction).

Ce protocole est à maintenir dans le troupeau pendant 3 à 5 ans.

 

Contexte réglementaire

La fièvre Q est une maladie professionnelle pour l’Homme mais n’est à ce jour ni une Maladie Réputée Contagieuse ni une Maladie à Déclaration Obligatoire chez les animaux. Elle ne fait pas partie des dangers sanitaires de 1ère  ou 2nde catégorie pour les espèces animales (arrêté du 29/07/2013).

L’arrêté du 27/12/2011 a abrogé l’interdiction qui était faite aux troupeaux ayant eu des signes cliniques de fièvre Q dans l’année de vendre du lait cru.

ACTUELLEMENT : il s’agit d’adopter une démarche incitative et volontaire pour la surveillance de la fièvre Q, en concertation avec les vétérinaires, les GDS, les laboratoires d’analyses (la DDCSPP pourrait être amenée à faire des investigations en élevage, uniquement lors de cas humains groupés).

 

 

 

Agenda

Décembre 2019
L Ma Me J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
Réunion d'information Boviclic Web - Aigurande
mercredi 18 décembre 2019
14:00 - 16:30

Formation Boviclic Web
jeudi 19 décembre 2019
Toute la journée

Formation éleveur infirmier de ses ovins
mardi 14 janvier 2020
Toute la journée

Formation Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène Européen
jeudi 16 janvier 2020
Toute la journée

Formation Fabrications lactiques : les fondamentaux de l’acidification - MODULE 1
mardi 21 janvier 2020
Toute la journée

Formation GBPH : Guide des Bonnes Pratiques d'Hygiène européen
mardi 28 janvier 2020
Toute la journée

Formation Ovitel
jeudi 30 janvier 2020
Toute la journée

Formation GBPPLC
vendredi 31 janvier 2020
Toute la journée

Formation Fabrications lactiques : accidents de caillage - MODULE 2
jeudi 06 février 2020
Toute la journée

Formation Boviclic Web
jeudi 06 février 2020
09:30 - 17:30

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.